Creizic.news

Contactez-moi contact@creizic.com Tel 06 64 37 19 66

Frédérique David

L’espoir pour les créateurs

L’espoir pour les créateurs

L'esprit Macron veillerait'il sur l'auto entreprise?

Après avoir des cauchemars au goût de Sylvia Pinel, mes rêves seront ils guidés par Macron ?

L’image est un peu forte, mais reflète les soubresauts que nous fait connaitre le gouvernement, sur la pérennité d’un régime qui a permis à un million de personnes, d’entreprendre, de tester un projet.

Plutôt que d’embrasser ce régime et de continuer à simplifier la création d’entreprise, les lobbyings souhaiteraient que l’on reste figé, à force de mensonges, d’arguments qui sont prouvé sont faux. Ils désinforment le public, qui n’y comprend plus rien.

A suivre avec intérêt la mise en place de la loi Macron 2

Petit cours sur l'auto entrepreneur pour démêler le vrai du faux

  • L’auto entreprise est une entreprise individuelle : c’est vrai il s’agit avant tout d’une entreprise individuelle au régime micro social, micro fiscal. Il y a dorénavant 2 sortes d’entreprise individuelles en France : le régime réel qui est assujetti à la tva et permet de déduire ses charges et l’auto entreprise ou micro entreprise qui n’est pas assujettie à la TVA, ne permet pas de réduire ses charges et est limité en prestation de service à un CA de 32 900 euros et en achat revente à 82200 €. (les chiffres depuis cet article ont évolué, voir les nouveautés sur le régime de l’autoentrepreneur
  • Etre en auto entreprise est plus avantageux que le réel : c’est vrai et faux tout dépendra de votre taux de charges, mais la différence est très faible, je vous invite pour les détracteurs à faire des simulations sur l’outil de l’ordre des experts comptables.
  • Mais alors quel est le réel avantage du régime de l’auto entreprise ? tout simplement ce que l’on appelle le micro social, le fait de payer ses cotisation en fonction de son CA. Pas de charges pas de chiffre d’affaires. Pour résumer si vous êtes au régime de l’entreprise individuelle au réel, vous avec un forfait minium de charges à payer que vous ayez ou non réalisé du Chiffre d’Affaires. Alors qu’en auto entreprise, si vous ne faites pas de chiffre d’affaires, vous ne payerez pas de charges sociales (URSSAF, RSI, retraite) mais ne cotiserez pas non plus…

Voilà la différence fondamentale, cette possibilité d’entreprendre sans prendre de risque.

Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les lobbying sont vent debout contre ce régime et lui reproche tous les maux. La concurrence déloyale ? il est facile de trouver qu’elle n’existe pas, d’ailleurs le terme exact serait distorsion de concurrence.

Oui il y a des créateurs qui n’ont pas pris conscience des charges qui pèsent sur leur auto-entreprise et qui pratiquent des bas couts, mais comme d’autres en SARL qui font des prix cassés, ceux là ne tiennent pas longtemps.

Se former mais pas n'importe comment

Pour créer son entreprise, quelque soit la forme que l’on choisi, il est important de se faire accompagner, de suivre un minimum de formations mais des formations adaptées, efficaces.

Comment avec le stage préalable à l’installation, (le SPI) désormais rendu obligatoire par Sylvia Pinel, payant et long, voulez vous qu’une personne salariée puisse créer une activité complémentaire ? il lui faudra prendre au mieux une semaine de congé, ou une semaine de congés sans solde et payer un stage qui n’est pas pris en charge par le plan de formation (le fameux CPF qui a rendu la formation quasiment inaccessible au plus grand nombre (un autre débat) !

C’est absurde et inadapté.

La France devrait être fière de ce régime de l’auto entreprise, peu importe qu’il ait été créé par un gouvernement de droite ou de gauche. Si nous pouvions, enfin arrêter de vouloir casser ce qui fonctionne et aller de l’avant. N’avons nous pas un pays en crise de croissance ?

Pourquoi rester figer ? Embrassons les propositions de Macron pour aller de l’avant, simplifions ce qui a été complexifié. Au moins le gouvernement a le mérite par ce projet de loi Macron 2 de reconnaitre les erreurs de la loi Pinel.